LES BRIGADES RUSSES SPÉCIALES

en FRANCE et à SALONIQUE 1916-1918

 

Archives et Mémoire

du Corps Expéditionnaire Russe en France

Autres sites

ascerf.fr

lacourtine1917.org

simon-rikatcheff.over-blog.com

Sigles utilisés

© SHD = © Service Historique de la Défense

BnF = Bibliothèque nationale de France

Adresse de Contact

contact@brigadesrusses.fr

 

ou envoyer le formulaire de contact...

Mentions légales

Association Michka 16-18

(Association loi de 1901 -

J.O. du 30/06/2018)

Ru

Traduit en russe par P. P. Pavlitchenko

ENFANTS DE

FRANCE !

Quand l'ennemi

sera vaincu

et quand

vous pourrez

librement

cueillir des fleurs

sur ces champs,

souvenez-vous

de nous

VOS AMIS RUSSES

et apportez-nous

des fleurs

(Stèle St Hilaire le Grand)

Dès la Première Guerre Mondiale,

la plupart des régiments ont adopté un animal comme "mascotte". Elle est alors considérée comme un porte-bonheur destiné à augmenter le moral des troupes. Pour les Russes

ce fut un ours !

"Ne perdons rien du passé ! Ce n'est qu'avec le passé que l'on fait l'avenir"

Anatole France

Association

        Pour la première fois, nous publions des  documents  d'Archives  Militaires  sur  l'histoire des  Troupes  Russes  en  France et dans les Balkans 

        

Bienvenue

sur notre site...

...créé, au sein de l'Association, par des descendants de soldats des Brigades Russes Spéciales venus de leur lointaine Russie combattre à nos côtés en 1916.

Nous ne prétendons pas remplacer le travail remarquable des historiens Russes et Français qui se sont déjà intéressés  et s'intéressent encore à l'histoire de ces soldats.

Nous les en remercions !

Nos remerciements s'adressent aussi à tous ceux qui ont permis l'édification des lieux de mémoire en France, en particulier l'Ambassade de Russie qui a largement contribué à leur existence !

 

Plus modestement, en parcourant les documents d'archives*, notre simple curiosité de descendants s'est transformée en découvertes passionnantes.

 

Partager ces documents sur un seul et même site, c'est donner un accès ouvert à tous au coeur de cette histoire, une histoire de la guerre mais aussi une histoire humaine.

Nous avons voulu un minimum de textes, juste ce qu'il faut pour la compréhension des documents qui les illustrent. La lecture se veut facile, car nous espérons que ce partage pourra aider à faire connaître plus largement les combats et la vie de ces soldats, et à réhabiliter leur mémoire. Alors notre objectif sera atteint.

 

Notre seul parti-pris est de rendre l'hommage qu'ils méritent à tous ces soldats russes pris dans la tourmente des révolutions de 1917 en Russie, non remerciés, et même bannis et interdits d'hommage national. Une mémoire que l'on a tenté d'effacer ! 

 

Nous vous souhaitons de belles découvertes, ou d'enrichir vos connaissances sur ce pan de l'Histoire !

* Librement communicables

 

Marie Bellegou Mamontoff

Ivan Bellegou Mamontoff

Fondateurs  de l'Association

 

...... le site sera alimenté régulièrement

avec de nouveaux documents et de nouvelles informations, à voir sur la page "Le Journal"

 

En 1916, plus de 40 000 soldats Russes quittent leur famille et leur Patrie pour se battre aux côtés  des Français, en France et à Salonique sur le Front des Balkans.

Ils ne savent pas que leurs destins vont être bouleversés par les

révolutions russes de février et octobre 1917.

 

Pourquoi l'envoi de troupes russes en France ? 

Après un an de guerre, la France manque d'hommes, la Russie manque d'armes. En décembre 1915, à la demande de la France et dans le cadre de l'Alliance Franco-Russe, le Tsar Nicolas II accepte l'envoi de troupes Russes et la France continuera à envoyer l'armement militaire dont la Russie a besoin, comme elle le fait déjà depuis plusieurs mois. La première Brigade est formée dès janvier 1916.

 

Sous quelles conditions ? 

Les soldats Russes seront envoyés en unités constituées, encadrées par des Officiers Russes et mises à la disposition des Grandes Unités Françaises.

La France aura à sa charge le transport maritime des troupes russes.

Leurs tenues seront russes mais ils seront armés par du matériel français.

 

Combien d'hommes ?

Quatre Brigades Russes Spéciales d'Infanterie sont ainsi formées. Chaque Brigade est composée d'environ 10 000 hommes.

Les 1ère et 3ème Brigades Russes Spéciales sont envoyées sur le Front Français.

Les 2ème et 4ème Brigades Russes Spéciales sont destinées au Front d'Orient, dans les Balkans.

                               Elles formeront le Corps Expéditionnaire Russe en France !

Au total, plus de 40 000 soldats "volontaires" sont ainsi envoyés par la Russie. L'envoi prévu de trois autres Brigades a été interrompu quand ont éclaté les insurrections révolutionnaires de février 1917 en Russie.

 

Où vont-ils combattre ?

En 1916 et 1917, les 1ère et 3ème Brigades partent au combat "avec une grande bravoure". Ils s'illustrent notamment sur le Front de Champagne et participent en avril 1917 à la meurtrière Offensive Nivelle, sur le tristement célèbre "Chemin des Dames".

Les 2ème et 4ème Brigades combattent sur le Front des Balkans.

En 1918, les soldats de la Légion Russe d'Honneur continuent à combattre au sein de l'Armée Française jusqu'à la fin de la guerre.

 

La fin du Corps Expéditionnaire Russe ?

Dès que les nouvelles des bouleversements en Russie, l'insurrection de février 1917 et l'abdication du Tsar Nicolas II en mars, parviennent en France, l'unité combattante des soldats Russes est fragilisée. Pourtant, en avril ils acceptent de livrer une dernière bataille, l'Offensive Nivelle. Ce sont leurs derniers combats, ils ne veulent plus se battre loin de chez eux. Sauf ceux de la Légion Russe !

Alors qu'a décidé la France ? Que sont devenus tous ces soldats ?

 

Après la guerre...

On dénombre au moins 5 000 morts ou disparus, certains reposent encore sous la terre des champs de Champagne. Pour les autres, dont un grand nombre de blessés, la plupart seront rapatriés en Russie en 1919 et 1920. Ils ont quitté une guerre, ils vont en trouver une autre, la guerre civile. Ceux qui resteront en France ne reverront jamais leur famille ni leur Patrie bouleversée.

 

Comprendre

Ces soldats russes ont combattu pour notre liberté, ils ont pourtant été oubliés des livres d'Histoire français à cause de leur refus de continuer à se battre après avril 1917. Mais aujourd'hui, on peut aisément comprendre pourquoi l'abdication du Tsar le 15 mars 1917 a fini d'affaiblir l'unité combattante de ces soldats. Ils sont Russes, loin de la "Mère Patrie". La monarchie, vieille de plus de six siècles, prend fin ! Un nouveau Gouvernement est en place. Ils sont partis en tant que soldats de l'Armée Impériale et l'Empire n'existe plus,  ils veulent rentrer !

 

N'oublions pas leur sacrifice !

 

 

Avertissement

Toute utilisation commerciale des documents d'archives du Service historique de la Défense (SHD) est interdite sans son autorisation préalable (publication, reproduction, exposition...)

Merci de citer vos sources si vous utilisez

photo, document  ou texte de ce site :

"www.brigadesrusses.fr

+ la source (pour les photos et documents)"

Nouveau -  août 2020

Qui est "Michka" ?...

...et pourquoi nous avons appelé notre Association "Michka 16-18"

L'ourse "Michka",

mascotte du Corps Expéditionnaire Russe puis de la Légion Russe d'Honneur de 1916 à 1918, a accompagné les troupes russes jusqu'à leurs derniers combats !

...Mais ce n'est pas une simple histoire ! 

Malgré les évènements de 1917 en Russie puis au sein des Brigades Russes,

c'est le signe que  l'Alliance Franco-Russe résonne encore en France !

"Michka" est un peu comme un symbole de cette fraternité d'armes entre la France et la Russie...

 

   Pour preuve de son importance, de très nombreux journaux racontent l'histoire de "Michka" quand le Colonel Gothoua,

commandant la Légion Russe, fait don de son ourse mascotte à la Ville de Paris le 21 janvier 1919 !

"C'est dans le malheur qu'on reconnaît les vrais amis...

... Nous, légionnaires russes, qui nous sommes battus sur le Front français jusqu'à l'armistice, nous n'oublierons jamais la voie triomphale semée de fleurs que nous avons suivie en 1916 depuis Marseille ou Brest jusqu'au Front.

Mais pendant les moments les plus pénibles que vécurent les Russes en France, il est un jour inoubliable entre tous celui de la signature de l'armistice. Quand le destin écartait notre malheureux pays de la joie générale, la Ville de Paris a rendu un hommage public à l'armée russe et au peuple russe qui ont donné neuf millions de leurs meilleurs enfants pour la cause du Droit et de la Justice.

Aujourd'hui, ...nous désirons lui offrir notre ourse mascotte "Michka", notre fidèle compagne qui a partagé avec nous les heures pénibles et glorieuses."

Colonel Gothoua

.......

Sources BnF Gallica

Journal "Le Soldat-citoyen Russe en France"

Page du journal "Le Soldat-citoyen Russe en France" distribué aux soldats russes du 25.07.1917 au 28.04.1920 (465 numéros)

Édition Imprimerie Russe "Union"

Attaché Militaire à l'Ambassade de Russie, c'est le Colonel Comte A.A. Ignatiev qui patronne le journal "Roussky Soldat Grajdanine vo Frantsii"

(Le Soldat citoyen russe en France). Volf Chalit(e) en est le Rédacteur.

Source imprimerie-union.org

La très belle chanson de Viktor Leonidov

"Russkie Brigady" dédié aux Brigades Russes Spéciales

video suivi des paroles originales en russe et leur traduction en français

Русские бригады

Виктор Леонидов

 

Сердце глупое не Бейся
Мыслям скорым в унисом !
Там во Франции, под Реймсом,
Спрятам город Мурмелон,
Где за честь, не за награду,-
Клевета на век отстань -
Дрались русские бригады
За провинцию Шампань.

 

А в Шестнадцатый, проклятый,
И по крестному пути
Из России шли солдаты,
Чтобы Францию спасти.
И Европе на отраду,
Изумляя штыковой,
Дрались русские бригады
Чтоб Париж прикрыть собой.

 

Здесь все буднично и просто,
Гул войны давно умолк.
Лишь часовная над погостом,
Где пихотный славный полк
Отгремели все снаряды,
Приняла солдат земля,
Дрались русские бригады
За французские поля.

 

Время память усмиряет,-
Слава Богу, что живём,
Широка страна родная,
Где упомнитьобо всем !
Вен не режем от досады,
Не зальем тоску в вине
Что забыты те бригады
Не забытой той войне.

 

Только что-то ноет-тянет,
Не дает никак уснуть.
К золотым полям Шампани
Жребий выпал, -значит в путь,
Где душа легионера
Прозвенит не как струна,
Что могилы Сент-Илера-
Наша обшая война !

 

Сердце глупое не Бейся
Мыслям скорым в унисом !
Там во Франции, под Реймсом,
Спрятам город Мурмелон,
Где за честь, не за награду,-
Клевета на век отстань -
Дрались русские бригады
За провинцию Шампань.

Les Brigades Russes 

Viktor Leonidov
Traduction: Sarah P. Struve

 

Cœur stupide, arrête de battre
À l’unisson de pensées précipitées,
Là-bas, sous Reims, en France,
Se cache la ville de Mourmelon,
Où pour l’honneur, non pour les décorations,
Des brigades russes, se battaient,
Défendant la province Champagne.

       

Et en 16, l’année maudite,
Le long d’un chemin de croix,
De Russie, des soldats s'en venaient
Afin de sauver la France.
Et l'Europe, pour sa joie,
S'étonnait de leurs attaques à la baïonnette.
Les brigades russes, se battaient, 
Pour, de leurs corps, protéger Paris.

      

Ici, tout est simple et journalier,
Le grondement de la guerre, il y a longtemps, s'est tu.
Seule une chapelle domine le cimetière,
Où repose un brave régiment d'infanterie.
Les obus ne grondent plus,
La terre a enlacé les soldats.
Les brigades russes se battaient,
Pour les champs français.

                       

Le temps apaise la mémoire ;
Dieu merci, nous sommes en vie,
Le pays natal est immense,
Où, se souvenir de tout, nous pouvons !
Nous ne nous coupons pas les veines de dépit,
Nous n'inondons pas de tristesse, notre faute,
De ce que ces brigades soient délaissées,
De cette lointaine guerre oubliée.

           

Seulement, quelque chose geint et tenaille,
Pas moyen de s'endormir.
Vers les champs dorés de Champagne
Le sort en est jeté ; alors en route,
Là où l'âme du légionnaire
Ne résonnera pas telle une corde,
De ce que les tombes de Saint-Hilaire
Soient notre guerre commune !

               

Cœur stupide, arrête de battre
À l’unisson de pensées précipitées,
Là-bas, sous Reims, en France,
Se cache la ville de Mourmelon,
Où pour l’honneur, non pour les décorations,
Des brigades russes, se battaient,
Défendant la province Champagne.

La chanson de Viktor Leonidov

en photos

Et aussi...

Les Brigades Russes Spéciales en France et à Salonique

(Mix films et photos)

Sources "YouTube"