LES BRIGADES RUSSES SPÉCIALES

en FRANCE et à SALONIQUE 1916-1918

 

Archives et Mémoire

du Corps Expéditionnaire Russe en France

Autres sites

ascerf.fr

lacourtine1917.org

simon-rikatcheff.over-blog.com

Sigles utilisés

© SHD = © Service Historique de la Défense

BnF = Bibliothèque nationale de France

Adresse de Contact

contact@brigadesrusses.fr

 

ou envoyer le formulaire de contact...

Mentions légales

Association Michka 16-18

(Association loi de 1901 -

J.O. du 30/06/2018)

Ru

Traduit en russe par P. P. Pavlitchenko

Dès fin janvier 1918, encore en pourparlers sur le Traité de Brest-Litovsk, le Conseil des commissaires du peuple de Petrograd réclame le rapatriement des soldats russes de Salonique, mais la France refuse : "Tant que l'état de guerre existera entre la Russie et nos ennemis, il ne saurait être question d'admettre le rapatriement des troupes russes de Macédoine ou de France. " écrit Georges Clémenceau (Président du Conseil-Ministre de la guerre).

Les rapatriements

L'armistice est signé le 11 novembre 1918. Les rapatriements vont enfin pouvoir être envisagés.

La question de leur organisation commence à se poser dès décembre 1918.

La grande majorité des soldats russes souhaitent depuis longtemps être rapatriés dans leur pays dont ils ont les échos des bouleversements depuis avril 1917.

La guerre est terminée et les premiers rapatriements commencent dès janvier 1919. Ils se poursuivront jusqu'en 1920.

- 15 décembre 1918 -

Rapatriement en Russie envisagé après classement des Russes par gouvernement d'origine (© SHD, 17N677)

- 20 décembre 1918 -

Le premier rapatriement des réformés et invalides est prévu

le 1er janvier 1919 (© SHD, 17N677)

- Paris le 24 décembre 1918 -

Le prochain convoi partira vers le 5 janvier 1919...

"Comme il s'agit d'un échange de personnel, il ne faut pas que le convoi présente l'aspect d'un groupe d'impotents..." (© SHD, 17N677)


- Rennes le 9 janvier 1919 -

1 150 soldats russes réformés ont quitté la gare de Rennes pour être embarqués pour la Russie (© SHD, 17N677)

- Paris le 18 mai 1919 -

Mesures à prendre pour un prochain rapatriement (© SHD, 17N677)

Nouveaux documents - avril-mai 2020

Les difficultés de gestion des rapatriements liées à l'arrivée de

33 000 Prisonniers Russes libérés (PRL)

Conformément aux termes du Traité de paix de Brest-Litovsk entre l'Allemagne et la Russie (cf. "Révolution en Russie" page "Conséquences"), 33 000 prisonniers de guerre russes libérés sont envoyés en France après l'armistice, s'ajoutant ainsi au nombre de soldats issus du Corps Expéditionnaire Russe.

 

Pour mieux comprendre les listes nominatives des rapatriements de soldats russes, il faut expliquer la difficulté de faire la distinction entre les PRL (Prisonniers Russes Libérés) et les TR (Travailleurs Russes issus des Brigades). Il est donc utile de donner quelques explications sur la façon dont a été gérée cette arrivée massive de soldats russes libérés d'Allemagne après l'Armistice.

En attendant leur rapatriement, ces prisonniers libérés

ont été "classés" en 2 catégories :

la Catégorie A  "Les Russes qui voudront travailler et se conduiront bien"

la Catégorie B "Les Russes refusant de travailler et indisciplinés", ils seront  groupés en "détachements spéciaux" et soumis à un régime très restrictif, notamment alimentaire.

Selon leur "comportement", les Cat. B pourront passer en Cat. A et inversement.

Devant cet afflux, des camps sont créés rapidement et les conditions matérielles d'installation sont souvent mauvaises (hygiène, habillement, etc.), faisant craindre de nouvelles révoltes (cf. "Camp de La Courtine").

 

Description des  2 catégories et problèmes liés au régime strict des Prisonniers Russes Libérés (PRL) refusant de travailler et classés en "Catégorie B".

Lors d'une inspection au Camp d'Allibaudières (proche du Camp de Mailly) dans l'Aube,

à la question "Pourquoi ne voulez-vous pas travailler ?", ils répondent "Nous ne voulons pas travailler pour les bourgeois"

- Laval, le 7 mars 1920 -

Le Colonel Barjonet en inspection au Camp d'Allibaudières (proche du Camp de Mailly), où sont regroupés 2 972 russes de Catégorie B.

Le régime alimentaire de ce camp a été remplacé par celui de

la Catégorie A depuis octobre 1919, par crainte

d'affaiblissement et d'épidémie de scorbut  (©SHD 12N3)

- G.Q.G. le 5 février 1919 -

Description des deux catégories pour les

prisonniers russes d'Allemagne jusqu'à leur rapatriement

(©SHD 7N638)

- Paris le 12 mars 1920 -

Le Ministre de la Guerre donne l'ordre

que le régime alimentaire des "non travailleurs"

soit le même que celui des "travailleurs" (©SHD 12N3)

 

Les PRL sont répartis dans toutes les Régions militaires.

Ceux de la "Catégorie B" sont regroupés dans des Camps comme celui d'Allibaudières, tandis que ceux de la "Catégorie A" sont employés comme travailleurs dans différentes régions.

- Bureau Slave le 6 février 1919 -

Au 6 février 1919, les effectifs russes

à rapatrier représentent un total

de 45 000 hommes,

répartis dans toute la France (©SHD 17N677)

Concernant les listes de rapatriements, à partir de 1919, il en découlera une grande difficulté  pour faire la distinction entre les Travailleurs Russes issus des Brigades (TR) et les Prisonniers Russes Libérés (PRL).

- Ministère de la Guerre le 1er mars 1920 -

Au 1er mars 1920, 21 400 soldats russes sont encore à  rapatrier.

15 000 en France, 4 000 en Algérie, 2 400 en Orient (©SHD 12N3)

Au 1er mars 1920,

provenance et répartition des 15 000 soldats russes encore en France, PRL et TR (©SHD 12N3)

Répartition des PRL de  la "Catégorie B" (©SHD 12N3)

 

Relevé des embarquements à Marseille du 6 juin 1919 au 8 mars 1920.

Noms des bateaux, date départ , effectifs et destination.

Avant le 25 septembre 1919 "il n'a pas été fait de distinction entre PRL et TR rapatriés" (©SHD 17N677)

- Marseille le 16 juin 1920 -

Embarquements à Marseille du 19/01/1918 au 27/05/1920

Bateaux, Compagnies, date départ, effectifs TR et PRL, port de débarquement

(à noter TR envoyés à Alger et Oran en février 18 et janvier 19)

(©SHD 17N677)

Au 2 octobre 2020

Total des embarquements à Marseille 1918-1919-1920

18 982 TR et 20 502 PRL

(©SHD 17N677)

 

Les rapatriements - Organisation

Ces rapatriements de 40 000 soldats ( TR et PRL) s'étaleront jusqu'à la fin de l'année 1920.

Si on peut comprendre aujourd'hui les difficultés d'organisation qui se sont posées alors,

on peut encore mieux comprendre l'impatience et la colère des soldats russes

qui ont attendu leur rapatriement pendant 2 ans.

Ils voulaient rentrer dans leur pays où sévissait la guerre civile et retrouver leur famille !

- E.M.A. le 7 mai 1918 -

Instructions d'embarquement pour la Russie :

officiers et hommes de troupe

(réformés, musiciens,  travailleurs âgés de plus de 35 ans...)

Rassemblement au Havre le 12 mai pour rejoindre

un port d'embarquement en Angleterre.

(©SHD 17N677)

[Le Havre : en Normandie, port important sur la Manche]

- Paris le 9 juillet 1918 -

Lettre du Lieutenant Morozoff du 1er Bataillon de Marche, versé dans la Réserve, (en russe, traduite en français).

Il mentionne le non embarquement au Havre « ...tous les officiers et soldats russes qui devaient être rapatriés, après avoir passé 12 jours au Havre, ont été renvoyés dans leur résidence respective. »

Il y explique aussi sa situation critique et celle de sa femme et de ses 2 enfants en Russie « ...ma famille vivait exclusivement des ressources que je leur envoyais de France, et que je prélevais sur ma solde. »

Ne percevant aucune solde, et en cas d'impossibilité de rapatriement, il demande à être envoyé dans une équipe de Travailleurs Russes pour toucher la solde correspondant à son grade. (©SHD 17N677)

5 décembre 1918

Lettre (en russe, traduite en français) des invalides russes

de Saint-Lô (Manche-10ème Région).

Ils demandent à être rapatriés rapidement (©SHD 17N677)

- Alger le 25 septembre 1919 -

1 812 russes de Alger, Oran et Constantine ont embarqué pour Constantinople.

Nombre de Russes et Légionnaires déjà rapatriés.

6 281 Travailleurs russes sont encore en Afrique du Nord (©SHD 17N677)

- Marseille 24 septembre 1919 -

1 200 hommes ont embarqué sur le vapeur Nicolas 1er (©SHD 17N677)

Camps Oddo et Carpiagne avant embarquement

Un télégramme du 17 octobre 1919 demandant envoi 2 500 russes

Un télégramme du 25 novembre 1919 demandant arrêter envoi, "camps engorgés" (©SHD 17N677)

Note du 17 mai 1920 à Marseille

Diriger les Russes de France et d'Algérie sur le Camp Oddo

plutôt que sur le Camp de Carpiagne trop loin du port d'embarquement

Le Camp de Carpiagne (Aubagne) est situé à près de 30 km au sud du port de Marseille.

Le Camp Oddo (Marseille) était situé dans Marseille non loin du port d'embarquement.

En principe, les soldats à rapatrier sont d'abord cantonnés au Camp de Carpiagne

et ensuite dirigés, principalement à pied, sur le Camp Oddo 2 jours avant leur embarquement.

Ce transfert les oblige à traverser Marseille, faisant craindre des problèmes,

causés notamment par les PRL  classés en "Catégorie B" (cf. note ci-contre)

- Alger, le 22 avril 1920 -

Contingents russes de l'Afrique du Nord

3 607 désirent rentrer en Russie bolcheviste

126 sur des régions non soumises aux soviets (©SHD 17N677)

 

Tableaux des embarquements à Marseille

17 647 TR du 6 juin 1919 au 18 novembre 1920

7 771 PRL du 25 septembre 1919 au 16 avril 1920 (© 17N677)

 

Embarquements des 21 et 22 juillet 1920

Noms des bateaux - Destination Odessa (©SHD 17N677)

Description des conditions d'embarquements du 26 août 1920 et noms des bateaux

PRL Catégories A et B (provenance Langres, Mailly, Epinal) (©SHD 17N677)

Conditions embarquements du 2 octobre 1920 et bateaux

2 400 PRL et TR - Destination Odessa (©SHD 17N677)

Conditions embarquements du 16 septembre 1920 et bateaux

2 050 PRL et TR - Destination Odessa (©SHD 17N677)

Pour illustrer ce qui a été dit sur l'éloignement entre les Camps de Carpiagne et Oddo,  on peut lire : "Hommes venant de Carpiagne - Tous les hommes du Camp de Carpiagne seront dirigés sur le Camp Oddo le 27 septembre 1920 après la soupe du matin, de manière à y arriver pour la soupe du soir".

Et un point à noter sur l'habillement :

"Effets destinés aux soldats russes - Les Russes cantonnés au Camp Oddo y seront habillés dans les conditions suivantes : échange des effets français bleus contre des effets russes"

Voir les listes nominatives des rapatriements

dans la nouvelle sous-page "Listes de rapatriés"

Dès avril 1918, des officiers ou hommes de troupe sollicitent leur rapatriement :

Listes de réformés dirigés vers Le Havre pour embarquement

Listes de demandes de rapatriement d'officiers présents en Afrique du Nord

Listes de demandes de rapatriement par la Suède ou par l'Amérique

Listes de réformés ...